Le Tapis d'Acupression ou Tapis de Fleurs

PRÉSENTATION

A notre époque, les gens se tournent davantage vers les médecines douces, et on entend de plus en plus parler de pratiques telles que l’acupuncture et l’acupression, issues de la médecine traditionnelle chinoise qui date de plus de 2000 ans! Selon les croyances chinoises, ces pratiques aideraient à rétablir la circulation de l’énergie vitale, appelée « le Qi » afin de soulager divers maux et parachever une bonne hygiène de vie.

Par ailleurs, en Europe, les pays nordiques (la Norvège, la Suède, le Danemark…) sont parmi les pays qui montrent le plus d’intérêt dans ce domaine.

Ces 2 méthodes, l’acupuncture et l’acupression ont en commun le fait qu’elles s’exercent sur des points précis du corps, visant à soulager différents maux tels que les douleurs du dos, des épaules, du cou, de la tête, le stress, et on leur attribue également des bienfaits sur le fonctionnement des viscères, sur l’énergie , le bien-être, la circulation sanguine, le drainage des toxines et déchets…

Alors que l’acupuncture fait intervenir des aiguilles, l’acupression elle, s’apparente à une technique de massage s’effectuant par le biais de pressions douces et énergique avec les doigts ou les mains, en des points précis du corps. Plusieurs techniques d’acupression sont pratiquées dans le monde, comme par exemple la réflexologie et le « shiatsu » qui sont les plus connus.

A mi-chemin entre l’acupuncture et l’acupression, l’utilisation du tapis d’acupression s’est considérablement développé dans le monde, notamment en Europe depuis quelques années. En Suède, 10% des habitants en possèdent un et cela a été le cadeau de Noël numéro 1 dans ce pays en 2009!

En parallèle d’une réel satisfaction des utilisateurs, de nombreuses études scientifiques, et ouvrages sont venus corroborer les bienfaits du tapis d’acupression !

 

QUI A INVENTÉ LE PREMIER TAPIS D’ACUPRESSON ?

Alors que beaucoup pensent que le tapis d’acupression provient du lit de clous utilisé par les anciens yogis et gourous pour la méditation, il n’en est rien!
Certes l’acupuncture et l’acupression sont des méthodes ancestrales et originaires d’Asie, mais le dispositif du tapis d’acupression en lui-même est originaire de Russie! Sa création est assez récente, puisque il n’a qu’une quarantaine d’années.
Le premier tapis d’acupression a été inventé par Ivan Kuznetsov, un professeur de musique russe qui soufra de douleurs chroniques suite à l’utilisation d’un insecticide très toxique sans gants de protection, afin de désinsectiser les bâtiments de son école. Sans port de gants, l’insecticide a pu pénétrer dans son organisme et causer de graves dégâts. Ses reins ont été affectés, sa circulation sanguine périphérique a été gravement altérée et il avait des spasmes musculaires au point qu'il ne pouvait plus bouger ses membres. La médecine conventionnelle ne put le soulager de ces terribles douleurs, et seul l'acupuncture lui permettait de se sentir mieux, mais le coût par séance était trop élevé pour lui. Il a même essayé d'apprendre à pratiquer l'acupuncture sur lui-même, mais il échoua car il ne pouvait atteindre les points d'acupression de son dos. 
Kuznetsov décida alors de planter des milliers d'épingles de bureau dans un vulgaire tapis de caoutchouc confectionné à partir d’un pneu, pour ensuite s’allonger dessus et atteindre les fameux points d’acupression de son dos, ce qui lui permis de soulager ses douleurs! Par la suite, il se documenta considérablement sur la littérature en rapport avec la médecine chinoise et tibétaine pour approfondir son idée, jusqu’à la création du premier tapis d’acupression contenant des disques plastifiés ornés de picots : il appela ce premier tapis de fleurs "Iplikator" (abréviation de "needle applicator", qui veux dire "applicateur d'aiguilles") et le breveta en 1979. 
Après son invention, des milliers de cliniques en Russie ont testé l'Iplikator et il a été présenté dans un magazine scientifique intitulé « Invention and Rationalization » en 1981. Le Département de la santé publique de La Russie approuva la fabrication et la vente de l'appareil sans essais. Ce fût une totale réussite et la plupart des russes connaissaient et utilisaient son invention par la suite. Des millions de russes furent soulagés de douleurs liés à des affections, environ 100 millions d’unités ont été fabriqués à cette époque pour répondre à la demande, et des études scientifiques fleurissaient pour appuyer les effets de l’Iplikator, études menaient initialement en Russie, puis ensuite en Europe et dans de nombreux continents. L’Iplikator a été médicalement reconnu par des organismes de santé mondialement connus tels que EUDAMED (base de données européenne des produits médicaux), ou la FDA américaine…
Aujourd’hui, 40 ans après, le tapis d’acupression est toujours vendu, avec plus de notoriété encore, et sous différentes marques étant-donné que la validité du brevet a expiré (la durée de vie maximale d’un brevet est de 20 ans, ici largement dépassée). 
Néanmoins, tous les tapis d’acupression ne se valent pas dans la qualité, l’efficacité, et leurs critères technologiques, leurs effets physiologiques. Même si nos tapis de fleurs Fitem ne sont pas encore testés cliniquement, nous avons pris soin de par notre expérience et nos connaissances, de tenter de fournir le tapis d'acupression parmi les plus effectifs du marché, avec une densité de picots judicieusement sélectionnée. Et dans les années à venir, nous projetons de concevoir des tapis de fleurs innovants, brevetés, et sous essais cliniques, afin de répondre à la demande grandissante.

 

C’EST QUOI UN TAPIS D’ACUPRESSION?

« Un tapis d’acupression est un dispositif d’acupuncture à appliquer soi-même, généralement constitué d’un matelas en mousse recouvert de coton avec des disques intégrés en plastique dur contenant des pointes en saillie »
En fait, qu’on l’appelle tapis d’acupression, tapis de fleurs, tapis de détente ou tapis de fakir, on parle en effet du même dispositif. On parle également de kit ou set d’acupression pour désigner l’ensemble « coussin d’acupression » et tapis d’acupression. 
Le tapis d’acupression se présente comme un tapis matelassé d’environ 2 cm d’épaisseur, et orné à sa surface de « stimulateurs ». Chaque stimulateur comprend environ 20 à 30 petits picots en plastique ABS. Les stimulateurs, souvent appelés « fleurs », sont disposés sur toute la surface du tapis, ce qui fait qu’il y a des milliers de picots sur le tapis d’acupression, environ 6000 à 8000.

PRINCIPE D’UTILISATION

Ainsi, vous l’aurez compris, il s’agit simplement de s’allonger durant 10 à 40 mn (à même la peau pour un résultat optimal) sur le tapis d’acupression afin que le poids de votre corps se répartisse sur les milliers de picots ou points d’acupression! Il suffit de rester dessus de manière statique, mais vous pouvez légèrement bouger de temps à autres pour varier les effets et les endroits stimulés. L’utilisation est assez instinctive et on se familiarise rapidement avec le tapis d’acupression.
Les premières séances devront se faire idéalement de manière progressive, en commençant par 5mn, puis la séance suivante 10mn, puis 15mn, et ainsi de suite jusqu’à tenir environ 30mn. Nous conseillons d’utiliser au début un tissu fin ou vêtement (t-shirt ou autre) le temps de vous accoutumer, ensuite vous pourrez commencer à faire des séances directement sur la peau. 
Il est intéressant de l’utiliser le soir (dans son lit ou autre) pour se soulager et se détendre, ou bien le matin au réveil pour bien commencer la journée. Vous pourrez l’utiliser à votre gré, ponctuellement ou régulièrement, et même l’inclure dans votre hygiène de vie.
Chaque picot en contact avec la peau exerce une pression sur un point de votre corps et le stimule véritablement, d’où le nom de « stimulateurs» donné aux « fleurs » du tapis. Les milliers de stimulations mécaniques, provoquées par les pics, vous aideront à soulager les douleurs et à augmenter votre bien-être général.
Le principe d’utilisation est donc simple, certes, mais les bienfaits, aussi bien à court terme qu’à long terme, sont considérables! Ce dispositif devrait être vendu dans toutes les parapharmacies et tous les ménages devraient en posséder un! Le tapis d’acupression mériterait davantage de notoriété en Europe, vraiment!! 

QUE SE PASSE-T-IL DANS LE CORPS HUMAIN LORS D’UNE SÉANCE AVEC LE TAPIS DE FLEURS ?

Au niveau nerveux et hormonal

Notre corps est parcouru par un immense réseau nerveux composé d’une part par le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) et d’autre part par le système nerveux périphérique composé notamment par les nerfs. Notre corps est entièrement innervé par les nerfs, et chaque nerf est en fait un faisceau ou regroupement de milliers de fibres nerveuses, très longues et prenant naissance dans le système nerveux. Ces fibres nerveuses sont en fait le prolongement des neurones : les neurones ont chacun leur corps principal logé dans le cerveau ou la moelle épinière mais leurs prolongements appelé fibres nerveuses se répartissent eux (au sein des nerfs) dans toutes les parties du corps humain. Certaines fibres nerveuses se terminent à leurs extrémités par des éléments appelés récepteurs sensoriels répartis par millions dans tous les tissus de notre corps et qui sont sensibles aux différents facteurs environnants (physiques, chimiques…) ou au facteurs internes dans notre corps. 
C’est donc par exemple grâce aux différents récepteurs sensoriels de la peau que l’on peut ressentir la chaleur, le froid, la douleur, la pression…etc. Voir lien du CNRS ci-dessous : 
https://sites.google.com/site/lesrecepteurssensoriels/a-les-recepteurs-du-corps-humain/1--differents-recepteurs
https://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doschim/imgArt/peau/recepteurs_base.html 
Les récepteurs sensoriels permettent donc de capter les informations environnantes ou de notre corps lui-même (qu’on appelle des stimulus) puis de transmettre ces informations jusqu’au cerveau afin qu’il les interprète et analyse.
Ainsi, en s’allongeant sur le set d’acupression, le poids de notre corps se répartit sur les environ 8000 picots du set, et donc chaque pic exerce une pression sur la peau et les tissus inférieurs. Ainsi, les milliers de picots qui appuient sur la peau stimulent des milliers, voire des millions de récepteurs sensoriels cutanés. Les récepteurs sensoriels des tissus plus profonds tels que ceux des muscles et des vaisseaux (sanguins et lymphatiques) sont aussi stimulés, mais de manière moindre et indirecte. La stimulation des récepteurs sensoriels provoque l’émission d’influx nerveux qui transitent via les fibres nerveuses (et donc via les nerfs) jusqu’à la moelle épinière laquelle les achemine à son tour jusqu’au cerveau qui va alors traiter ces informations et interagir. Encore une fois, ces récepteurs sensoriels agissent véritablement comme des capteurs ou « micro-ordinateurs » extrêmement sophistiqués qui envoient des informations complexes et très détaillées au cerveau.

Que se passe-t-il ensuite au niveau du système nerveux central lorsque ces récepteurs sensoriels sont stimulés?

Une fois les récepteurs sensoriels stimulés, ils envoient des influx nerveux jusqu’aux neurones du système nerveux central qui va les traiter à 2 étages selon l’ordre d’arrivée: - au niveau de la moelle épinière : lorsque ces messages nerveux « montants » arrivent à ce niveau et « se croisent » avec d’autres influx nerveux de nature « nociceptive » (en rapport avec la douleur) en provenance d’une région du corps voisine du site d’application du tapis de fleurs, alors des neurones de la moelle épinière réagiront en déchargeant de l’endorphine qui va inhiber (=atténuer) ces messages nerveux nociceptifs qui véhiculent les messages de douleurs. En somme, on peut dire que si on applique le tapis de fleurs sur une région douloureuse du corps (hors plaie ouverte ou infection, et sans contre-indication par un médecin) ou sur une région voisine à ce site de douleur, alors les messages nerveux nociceptifs qui en émanent se trouveront diminués, affaiblis. C’est comme si « une douleur pouvait en cacher une autre », et c’est la théorie du « Gate Control » ou théorie du « portillon ». Rappelez-vous les fois que vous vous êtes frottés énergiquement et instinctivement une partie de votre corps où vous vous étiez heurté, avec le coin d’un meuble par exemple, comme pour tenter d’atténuer la douleur vive ressentie. Inconsciemment, en frottant la partie douloureuse, vous aviez stimulé des fibres nerveuses dites « sensoriels » ou «tactiles » (liées à la perception du toucher) pour tenter d’inhiber les messages douloureux véhiculés par un autre type de fibres nerveuses de types nociceptives et liés au coup reçu… Avec le tapis d’acupression, c’est le même principe : vous avez mal au dos, vous vous allongez sur le tapis d’acupression, ça pique mais en même temps cela soulage la zone douloureuse.

  • la pression de milliers de pics sur la peau est au premier abord pour l’utilisateur à la limite de la douleur ou de l’intolérable, car des millions de récepteurs sensoriels cutanés sont stimulés à un seuil important! Leur stimulation déclenche une multitude d’influx nerveux qui chemineront jusqu’à la moelle épinière, puis continueront leur ascension jusqu’au cerveau (thalamus, cortex cérébral, cortex sensoriel…) où les différentes sensations y sont perçues et ressenties. En effet, au début, les sensations des picots sont perçues par le cerveau comme un stress physique, une agression cutanée, d’où la difficulté de l’utilisateur au tout premier contact avec les picots. Néanmoins, le cerveau va réagir face à ce stress physique en secrétant certaines hormones et neurotransmetteurs dont notamment l’ d’endorphine (au niveau de l’hypothalamus et de l’hypophyse) en grande quantités, afin de « booster » l’organisme, comme pour l’aider à surmonter la douleur. L’expérience « piquante » se transforme peu à peu en expérience agréable grâce au pouvoir du cerveau! D’autre part, le cerveau va chercher à atténuer l’effet que provoque les picots en émettant des messages nerveux « descendants » (donc chemin inverse cette fois) jusqu’à la moelle épinière, pour y déclencher à ce niveau, ici aussi, des sécrétions d’endorphines, qui inhiberont les influx nerveux nociceptifs montants en provenance des endroits du corps où est appliqué le tapis de fleurs : de ce fait, même les influx nerveux nociceptifs déjà existant chez l’utilisateur (douleur musculaire, articulaire ou autres…) et en provenance des mêmes sites ou à des sites proches où est appliqué le tapis d’acupression, subissent l’inhibition résultant de l’action de l’endorphine au niveau de la moelle épinière. C’est comme si les messages de la douleur qui montaient au cerveau étaient interceptés et diminués à leur passage dans la moelle épinière, grâce à des influx nerveux cheminant en sens inverse; ainsi ces messages de douleurs (nociceptifs) arrivent « émoussés » au cerveau, et les douleurs ressenties sont alors amoindries! En somme, l’application du tapis d’acupression, tout comme le massage chez le kiné, provoque une réaction réflexe du cerveau, qui va induire, via une réponse « descendante », une sécrétion d’endorphine à son niveau d’une part, et au niveau de la moelle épinière d’autre part. Vous comprenez maintenant pourquoi que l’endroit massé chez le kiné, initialement douloureux, le devient moins au fur et à mesure de la séance, et plus même, le massage à cet endroit devient plaisant!

Au niveau vasculaire

La pression des picots n’atteint pas que la peau, mais aussi les capillaires sanguins et les veines au niveau local. Donc vous comprendrez que multiplié par des milliers de micro-pressions étant-donné le nombre de pics pour un tapis d’acupression, cela permet dde stimuler la circulation sanguine sur les lieux d’applications, d’où les rougeurs apparentes sur les endroits du corps en contact avec les fleurs. 
La stimulation de la circulation capillaire provoque une augmentation du métabolisme et des échanges cellulaires, et accroit également l’oxygénation des tissus. Durant les échanges cellulaires, les tissus musculaires, les articulations peuvent recevoir plus activement les nutriments, l’eau et l’oxygène, et évacuer plus efficacement les déchets métaboliques, l’acide lactique ainsi que le dioxyde de carbone issu de la respiration cellulaire.
Tout cela est favorable à la récupération physique et participe à son intégrité, ce qui est intéressant notamment pour les sportifs où ceux qui ont un travail physique important durant leurs horaires de travail.

Au niveau musculaire

Tout comme le massage, l’utilisation du tapis d’acupression peut hâter la récupération musculaire du « travailleur physique » ou du sportif, en augmentant la perméabilité des cellules musculaires, favorisant les échanges cellulaires vu ci-dessus, avec optimisation de l’apport des nutriments, de l’eau, de l’oxygène et élimination des déchets métaboliques, de l’acide lactique et du dioxyde de carbone.
En outre, la stimulation nerveuse (via les récepteurs sensoriels) vu plus haut grâce au tapis de fleurs engendre plusieurs réactions hormonales et nerveuses orchestrées par le cerveau, qui ont pour conséquence une détente psychique avec libération d’endorphine et d’autres importants neurotransmetteurs tels que la dopamine, la sérotonine, qui aura comme conséquence une détente profonde des muscles (puisque les muscles sont commandés par le système nerveux), abaissant le tonus musculaire, favorisant ainsi le relâchement des tensions et la récupération.

Tout comme le massage, l’utilisation du tapis d’acupression peut hâter la récupération musculaire du « travailleur physique » ou du sportif, en augmentant la perméabilité des cellules musculaires, favorisant les échanges cellulaires vu ci-dessus, avec optimisation de l’apport des nutriments, de l’eau, de l’oxygène et élimination des déchets métaboliques, de l’acide lactique et du dioxyde de carbone.
En outre, la stimulation nerveuse (via les récepteurs sensoriels) vu plus haut grâce au tapis de fleurs engendre plusieurs réactions hormonales et nerveuses orchestrées par le cerveau, qui ont pour conséquence une détente psychique avec libération d’endorphine et d’autres importants neurotransmetteurs tels que la dopamine, la sérotonine, qui aura comme conséquence une détente profonde des muscles (puisque les muscles sont commandés par le système nerveux), abaissant le tonus musculaire, favorisant ainsi le relâchement des tensions et la récupération.

TAPIS D’ACUPRESSION, CERVEAU ET BIEN-ÊTRE

Pas que l’endorphine

Il est vraiment dommage de trouver beaucoup d’articles qui réduisent le mécanisme d’action du tapis d’acupression à la production exclusive de l’endorphine, pour expliquer l’apaisement psychique ressenti lors des séances.
En effet, d’une part bien d’autres hormones et neurotransmetteurs produites dans le cerveau et le système nerveux en général agissent en synergie, et d’autre part le cerveau avec ces 100 milliards de neurones est si complexe et encore si peu connu (malgré toutes les connaissances scientifiques!) qu’à fortiori d’autres mécanismes physiologiques nerveux sont certainement en cause dans le mécanisme du bien-être mental.
Ainsi, l’utilisation du tapis de fleurs déclencherait la production de bien d’autres hormones/neurotransmetteurs du bien-être qui sont bénéfiques pour l’ensemble de l’organisme. Nous retiendrons sans rentrer dans les détails l’ocytocine en (plus de la libération d’endorphine), produite dans le cerveau, au niveau de l’hypophyse et/ou l’hypothalamus. 
A l’opposé, l’hormone du stress, la cortisone se voit chuter…

Effets sur le système nerveux parasympathique

Les systèmes nerveux se divise en 2 parties : 
• le système nerveux somatique, lié à ce qui est effectué consciemment et volontairement, comme par exemple penser ou bouger un bras
• le système nerveux autonome (ou végétatif), en rapport avec les fonctions vitales inconscientes et involontaires, comme par exemple les battements du cœur, la circulation sanguine, la respiration…en effet, par exemple, nous n’avons pas à penser pour faire battre le cœur, c’est « automatisé ».
Intéressons-nous uniquement au système nerveux autonome… Ce dernier se subdivise lui-même en deux systèmes : le système nerveux sympathique et le système nerveux parasympathique. 
Le sympathique tend à favoriser les mécanismes physiologiques qui consomment de l’énergie et préparent à l’action: il est davantage sollicité durant la journée et est réactif aux périodes de stress. 
le système parasympathique assure un ralentissement général des fonctions de l'organisme, ainsi que leur régénération, et favorise le repos: le corps à besoin en effet de période de calme et d’économie pour se restaurer. 
Ainsi, lors un massage de relaxation ou une séance avec le tapis d’acupression favorise l’activation du système parasympathique.
Parmi les effets bénéfiques d’être sur ce système, on y trouve la stimulation des fonctions urinaires, digestives et immunitaires, le ralentissement du rythme cardiaque et respiratoire, la diminution de la pression artérielle… Il vous permet aussi de diminuer votre stress et de diriger son énergie aux endroits où le corps en a besoin. Tous ses effets sont comptés parmi les réactions du corps humain favorisant le maintien d’une bonne santé physique et mentale.

Origine Subtile du bien-être déclenché par le tapis de fleurs

Comme nous l’avons vu, les milliers de picots du tapis d’acupression déclenchent plusieurs mécanismes physiologiques avec la production de plusieurs neurotransmetteurs ou hormones dont la plus puissante est l’endorphine, à l’origine du bien-être ressenti.
En résumé, on a vu que l’endorphine est secrété suite à la stimulation de millions de récepteurs sensoriels, notamment ceux de la peau. A priori, il semblerait ici que l’endorphine est sécrétée par l’organisme suite au stress cutané engendré par les picots, comme si notre organisme se défendait et nous «boostait» avec une décharge d’endorphine, à l’effet antalgique pour mieux supporter la douleur relative des picots, et à l’effet anxiolytique pour optimiser notre disposition mentale. On pourrait croire que seul l’effet « piquant » est à l’origine de la production d’endorphine.
Or, il est prouvé scientifiquement que le massage courant (chez le kiné ou par une tierce personne) déclenche également la production d’endorphine, pourtant « l’effet picotements » relative aux picots n’est pas présent ici, ce qui signifie donc que le stress physique relatif des picots n’explique pas seul la production d’endorphine par l’organisme. 
En effet, en marge de l’effet « piquant » au contact avec les fleurs, le contact physique avec le tapis d’acupression est également perçu par les utilisateurs comme un contact agréable. En deux mots, ça pique et ça masse en même temps!
On peut donc en déduire que l’application du tapis d’acupression engendre la production d’endorphine de 2 manières :
• à titre de défense, de protection, suite au « stress physique relatif » dû aux picots, le cerveau sécrète de l’endorphine pour nous détendre mentalement 
• à titre de récompense, le corps produit de l’endorphine afin d’encourager l’action qu’il perçoit comme bienfaisante, ici celle de la pression des picots sur le corps. Effectivement, l’endorphine engendre une sensation de profond plaisir qui incite l’utilisateur d’un tapis d’acupression ou une personne se faisant masser, à poursuivre cette action. 
Or, tout comme le massage, l’application du tapis de fleurs favoriserait le drainage sanguin et assurerait de nombreux effets bénéfiques sur les tissus du corps, qu’ils soient musculaires, articulaires ou autres… Cela expliquerait en partie pourquoi le corps identifie le massage courant ou l’application du tapis d’acupression comme bénéfiques pour lui et récompenserait ces actions en procurant un bien-être, ressentie notamment par la libération d’endorphine dans le cerveau.
Néanmoins, ce sont les récepteurs sensoriels, reconnus comme très « intelligents » selon de dernières études suédoises, qui interviennent initialement en captant la nature très complexe des stimulations physiques, puis les transmettent via les fibres nerveuses jusqu’au cerveau qui les visualise et analyse en détail pour ensuite adapter sa réponse. C’est dire la complexité des informations absorbés par les récepteurs sensoriels d’une part, et la complexité des informations analysés par le cerveau d’autre part! Néanmoins, en définitive, c’est bien le cerveau bien sûr qui ressent et non pas les récepteurs sensoriels. 
Par ailleurs, à noter que les récepteurs adaptent leur sensibilité en fonction de l’état des tissus qu’ils innervent. Vous serez plus sujet à la douleur à un endroit lésé du corps car le seuil de sensibilité des récepteurs aura diminué dans cette région. Tout cela est pris en compte par le cerveau bien sûr. Par exemple, lorsqu’une région musculaire est tendue ou courbaturée, les récepteurs ne réagiront pas de la même manière que lorsque cette région est dans un état physique intègre, d’ailleurs vous le ressentez bien lorsque vous avez des courbatures ou un « nœud », vous êtes plus sensible au toucher.
Pour résumer, si les récepteurs sont « positivement » stimulés, cela est perçu par le cerveau qui déclenche alors un système de récompense en déchargeant l’hormone du plaisir qu’est l’endorphine (comme si le cerveau vous donnait « un bonbon » !) afin d’inciter à continuer cette action bénéfique. 
Tout cela pour montrer qu’en quelque sorte la nature originelle de votre corps reconnait ce qui lui est « bon » ou « mauvais ». Pour vous aider à bien représenter, imaginer votre cerveau comme un feu de circulation routière, lorsqu’une stimulation physique compromet l’intégrité du corps (un coup reçu par exemple, une blessure), le feu s’allume au rouge pour dire attention stop « danger », et à l’opposé lorsqu’une stimulation physique apporte un bienfait au corps, le feu s’allume au vert pour dire « allez-y c’est tout bon » !

CONCLUSION SUR L’UTILISATION DU TAPIS D’ACUPRESSION

Finalement ce que l’on peut dire sur le tapis d’acupression est qu’il est certes très bien pensé, mais qu’en définitive ce n’est pas lui le principal acteur, mais c’est votre corps lui-même qui est le protagoniste, car en fait le tapis d’acupression ne fait qu’activer vos récepteurs sensoriels cutanés (et moindrement ceux des tissus inférieurs), ce qui déclenche une réponse physiologique de votre organisme avec sécrétion de diverses hormones et neurotransmetteurs dont notamment l’endorphine, dont l’action est antidouleur et euphorisante. 
Néanmoins, il ne faut pas négliger la pression mécanique des picots sur la peau et sous la peau indirectement, ce qui augmente la circulation sanguine et lymphatique locale, optimisant ainsi l’apport de nutriments, d’oxygène et d’eau vers de nombreux tissus, et drainant également le dioxyde de carbone, les déchets métaboliques et l’acide lactique de ces mêmes tissus.
Donc du fait de la production de l’endorphine d’une part, et de l’augmentation de la circulation sanguine et lymphatique locale d’autre part, il en découle que le tapis d’acupression peut avoir une action bienfaitrice, non seulement sur le bien-être général du corps humain (à condition de ne pas avoir de contre(s)-indication(s) médicale(s) ), mais aussi sur de nombreux dysfonctionnement de l’organisme.

Product added to wishlist
Produit ajouté pour être comparé

Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur et nous vous recommandons
d’accepter leur utilisation pour profiter pleinement de votre navigation.