R
Livraison offerte
100.000 clients satisfaits
w
Support réactif
Entreprise française
09 81 00 82 95

Les bienfaits de la pressothérapie : ce qu’en dit la science

La pressothérapie est une technique utilisée par de nombreux praticiens. Elle est souvent utilisée en complément du drainage lymphatique. En l’espace de quelques années, le nombre de publications scientifiques sur les bienfaits de ces méthodes a augmenté de façon exponentielle. La grande majorité des études scientifiques s’intéresse aux bienfaits de la pressothérapie sur la circulation […]
Publié le : 13 Oct, 2021
scientifique analysant les effets de la pressothérapie

La pressothérapie est une technique utilisée par de nombreux praticiens. Elle est souvent utilisée en complément du drainage lymphatique. En l’espace de quelques années, le nombre de publications scientifiques sur les bienfaits de ces méthodes a augmenté de façon exponentielle.

La grande majorité des études scientifiques s’intéresse aux bienfaits de la pressothérapie sur la circulation sanguine et veineuse des membres et dans le cadre du traitement des œdèmes et diverses maladies du système lymphatique.

La pressothérapie thérapeutique pourrait permettre de soulager plus de 150 000 personnes en France qui souffrent d’un lymphœdème, c’est à dire un gonflement des tissus lié à une mauvaise circulation de la lymphe.

études pressothérapie

Évolution du nombre d’études sur les bienfaits de la pressothérapie depuis 1915 jusqu’en 2020

Le guide de référence de la compression pneumatique

La Société Allemande de Phlébologie (Deutsche Gesellschaft für Phlebologie) a publié en 2018 un guide complet sur les bonnes pratiques de la compression pneumatique intermittente c’est à dire sur les bienfaits de la pressothérapie. Le but de ce recueil est d’optimiser les usages thérapeutiques de cette technique dans le cadre du traitement des maladies vasculaires et de l’œdème.

Pour les auteurs de ce guide, la pressothérapie devrait être utilisée dans les cas d’insuffisance veineuse chronique, en complément pour soulager le lymphoedème et certaines maladies artérielles périphériques avec ischémie critique. La pressothérapie peut être employée en situation d’oedème post-traumatique et de lipedema. Le rapport précise que les contre-indications doivent néanmoins être prises en compte.

Pressothérapie et lymphœdème

Un sondage a été réalisé auprès de l’Association Francophone de Lymphologie à propos de l’utilisation de la pressothérapie dans le cadre du traitement d’un lymphœdème des extrémités.

Les praticiens étaient invités à donner leur avis sur cette technique et à détailler son mode d’utilisation et les résultats obtenus. Sur les 1000 praticiens interrogés, 116 utilisent une thérapie par pression. 170 étaient intéressés par cette technique.

Les appareils utilisés sont compartimentés et utilisent une pression discontinue et asynchrone en fonction du rythme cardiaque. Chaque session dure en moyenne 30 minutes avec un temps de compression de 45 secondes et un temps de repos de 15 secondes à raison d’une séance par jour, 3 fois par semaine.

Un drainage lymphatique manuel est pratiqué en complément de la pressothérapie dans 71% des cas et 43% des praticiens utilisent un système de compression élastique après le traitement.

Pour 64% des sondés, les résultats sont bons à très bons et l’incidence d’évènements post-thérapeutiques est basse.

Pour les praticiens interrogés, il semble qu’en complément du traitement d’un lymphœdème, la pressothérapie thérapeutique serait bénéfique pour soulager l’insuffisance veineuse, l’hypodermite ou les ulcères des jambes

Pressothérapie et circulation du sang

Une étude française s’est intéressée aux effets hémodynamiques de la pressothérapie, c’est à dire à son impact sur la circulation sanguine. L’étude a porté sur 11 patients d’environ 68 ans victime d’un infarctus du myocarde aigu ou souffrant de cardiopathie ischémique.

Les chercheurs ont mesuré la pression sanguine en divers points (cœur, artère pulmonaire) et la pression capillaire (mesure du remplissage du ventricule gauche) avant, pendant et après une séance de pressothérapie.

L’appareil se composait de bottes de pressothérapie avec 5 compartiments exerçant une pression de 80 mmHg (environ 0,11 bar). Chaque séance durait pendant 20 minutes avec un massage du bas vers le haut et une compression intermittente d’environ une minute.

L’étude constate qu’après une séance de 20 minutes de pressothérapie, tous les indicateurs de pression sanguine et pulmonaire mesurés augmentent. 10 minutes après l’arrêt de la pression, les variables reviennent à l’état initial.

Rôle dans l’évacuation hydrique de l’oedème

Dans un travail de fin d’études de l’Institut de formation en masso kinésithérapie de Brest, portant sur l’évolution du concept de drainage lymphatique, un chapitre précise que la pressothérapie joue « un rôle évident sur l’évacuation de la fonction hydrique de l’œdème » selon les travaux de Leduc A. (Le traitement physique de l’oedème : de la théorie à la pratique. 1989;16(4):171.)

L’étude précise également que le drainage lymphatique n’est plus à considérer comme solution unique mais un élément d’un traitement de physiothérapie décongestive basée sur un triple traitement : drainage lymphatique, compression et pressothérapie.

Bienfaits de la pressothérapie pour la récupération sportive

les bienfaits de la pressothérapie

L’Institut Régional de Formation aux métiers de Rééducation et de Réadaptation des Pays de Loire a également publié un article [version pdf] sur la place de la pressothérapie dans la récupération et la fatigue musculaire après un effort physique.

Le protocole d’étude a porté sur une cohorte de de 24 sportifs non-professionnels. L’objectif était de mesurer le taux d’acide lactique au cours d’exercices spécifiques et d’analyser sa vitesse de dégradation selon la méthode employée.

Selon l’étude, l’analyse effectuée montre des éléments bénéfiques concernant l’amélioration de la fatigue musculaire et de la récupération. Le rapport indique “une amélioration du facteur « fatigue physique » par la pressothérapie, le massage et l’association des 2. La pressothérapie semble diminuer la « sensation de fatigue ». Associée à un massage, elle présente une amélioration de la sensation d’endurance.

Au niveau des performances physiques, l’étude pointe une “augmentation des performances au fil des séances pour les groupes « pressothérapie », « massage » et « massage + pressothérapie » avec une progression linéaire et plus marquée pour le groupe « massage + pressothérapie ».

Amélioration du tonus veineux

Une publication de l’Université Catholique de Louvain intitulée “Effet phlébotonique de la pressothérapie pneumatique sur les veines du membre inférieur” revient sur les bienfaits de la pressothérapie.

Selon l’étude, la pressothérapie “a montré son efficacité dans diverses pathologies vasculaires et plus spécifiquement dans les pathologies veineuses.” L’auteur précise que “la majorité des travaux s’accordent à démontrer que l’IPC améliore la réponse hémodynamique en réduisant le calibre veineux, créant ainsi une accélération du flux veineux du moins durant le traitement.

Les chercheurs ont voulu aller plus loin et mesurer les effets veinotoniques de la pressothérapie jusqu’à 30 minutes au-delà du traitement. Ils ont élaboré un protocole de test reposant sur 28 sujets répartis en 3 groupes : 15 ayant une insuffisance veineuse, 6 avec un lymphoedeme et un groupe témoin en bonne santé de 7 individus. Pour chaque groupe, seul un des deux membres était traité avec une pressothérapie puis les deux membres ont été analysés, notamment le diamètre des veines, au moyen d’un scanner.

Les résultats constatés indiquent une réduction significative du calibre des veines des membres traités : petite et grande veine saphène, la veine superficielle fémorale. L’étude conclue qu’une pression de 400 mmHg a été suffisante pour améliorer le tonus veineux, en particulier chez les sujets souffrants d’insuffisance veineuse, pendant 15 à 30 minutes après une séance.

Cette amélioration de la tonicité veineuse peut voir plusieurs bienfaits potentiels cotés par l’étude :

  • diminution de la pression intraveineuse
  • diminution du risque de thrombose
  • amélioration de la congruence valvulaire
  • augmentation du volume de sang circulant.

Etudes citées

  • (Kessler, Hirsch et al. 1996; Arcelus, Caprini et al. 2001; Kim, Kim et al. 2009; Caprini 2010; Nose, Murata et al. 2010; Moheimani and Jackson 2011).
  • Dereppe H, Hoylaerts M, Renard M, Leduc O, Bernard R, Leduc A. Répercussions hémodynamiques de la pressothérapie [Hemodynamic impact of pressotherapy]. J Mal Vasc. 1990;15(3):267-9. French. PMID: 2212870.
  • Schwahn-Schreiber C, Breu FX, Rabe E, Buschmann I, Döller W, Lulay GR, Miller A, Valesky E, Reich-Schupke S. S1-Leitlinie Intermittierende Pneumatische Kompression (IPK, AIK) [S1 guideline on intermittent pneumatic compression (IPC)]. Hautarzt. 2018 Aug;69(8):662-673. German. doi: 10.1007/s00105-018-4219-1. PMID: 29951853.
  • Harfouche, Joseph. Effet phlébotonique de la pressothérapie pneumatique sur les veines du membre inférieur. Prom. : Sturbois, Xavier ; Theys, Serge